Tiffanie Fourcade

Tiffanie Fourcade (Archéosciences UMR 6034,  & EPOC, UMR 5805, École doctorale Montaigne Humanités – EDMH) a reçu le 16 novembre 2023, pour sa première édition, le Premier prix du Prix de thèse de la MSH Bordeaux – édition 2024, pour son travail: Changements culturels et adaptations aux changements climatiques et environnementaux des derniers Néandertaliens dans le sud de la France

Présentation de la lauréate

Mes recherches se focalisent principalement sur la relation entre les changements environnementaux, climatiques et culturels des chasseurs-cueilleurs (Néandertal et Homo sapiens) en France à la fin du Paléolithique moyen et au début du Paléolithique supérieur. En utilisant des carottes marines, j’étudie (1) l’évolution de la végétation et la variabilité climatique à partir de grains de pollen, préservés avec les sédiments.

Elle améliore la chronologie de ces changements environnementaux et climatiques, à partir (2) d’une technique de datation par luminescence sur des carottes sédimentaires marines et en (3) développant des modèles d’âge à l’aide de statistiques bayésiennes pour les données polliniques et archéologiques. Pour ces dernières, la chronologie des changements culturels est basée (4) sur un travail bibliographique visant à mettre à jour des bases de données archéologiques afin de les intégrer dans un modèle chronologique bayésien.
Mes recherches actuelles de postdoctorat se concentrent sur la reconstruction de la végétation passée et des changements climatiques des 30 000 derniers ans dans le nord-ouest de la mer Méditerranée à partir d’un nouvel enregistrement pollinique et sur l’amélioration de leur chronologie par la datation par luminescence.

Son travail doctoral

  • Changements culturels et adaptations aux changements climatiques et environnementaux des derniers Néandertaliens dans le sud de la France
  • Sous la direction de Christelle LAHAYE et Maria Fernanda SANCHEZ GONI
  • Soutenue le 12/09/2022
  • Discipline: Sciences archéologiques
  • Mots-clés: cultures, Néandertal, Homme – effet du climat, hommes anatomiquement modernes, paléolithique

Cette thèse interdisciplinaire a permis d’améliorer la chronologie des changements environnementaux et culturels dans le sud de la France (35-65 ka), afin de tester l’hypothèse de l’influence du climat et des environnements sur l’adaptation des Néandertaliens et des Hommes anatomiquement modernes (HAM). L’étude pollinique sur deux carottes sédimentaires marines des golfes de Gascogne et du Lion a reconstitué la végétation dans le sud-ouest et sud-est de la France, en réponse aux changements climatiques (réchauffements et refroidissements). La datation d’une des carottes par une technique de luminescence et l’application d’un récent modèle d’âge-profondeur utilisant des statistiques bayésiennes et des contraintes stratigraphiques sur les deux carottes ont permis d’affiner la chronologie des changements environnementaux et climatiques. Une meilleure comparaison avec la chronologie des changements culturels a été rendue possible par l’actualisation et la modélisation chronologique de base de données archéologiques régionales. Cependant, l’identification de synchronies potentielles reste difficile en raison des incertitudes associées aux différentes chronologies. Cette étude suggère que l’aridification progressive du paysage pendant cette période a favorisé l’arrivée des HAM dans cette région, entraînant une compétition avec les Néandertaliens pour les mêmes niches écologiques conduisant à la disparition de ces derniers.

Trois questions à Tiffanie

* Quel rôle a pu jouer l’interdisciplinarité dans votre travail de recherche ?

L’interdisciplinarité a joué un rôle central dans mon travail de recherche, car il a combiné la palynologie, la géochronologie et l’archéologie. Quand on travaille sur une question liée à la relation homme-environnement en préhistoire, il est nécessaire d’enrichir ses connaissances et de multiplier ses compétences. Cela m’a ainsi permis d’acquérir un regard critique sur cette thématique de recherche et sur mon travail mais également de diversifier mon profil scientifique afin de mener à bien mon projet de thèse. Je considère cette interdisciplinarité comme une force, car les multiples compétences acquises (p. e. analyse pollinique, datation de sédiments marins, modélisation chronologique,…) me donneront une plus grande chance pour la suite de ma carrière, surtout en ce qui concerne un recrutement permanent dans le domaine académique.


* En quoi votre regard de chercheur, sur les domaines de recherche que vous avez explorés, pourrait-il être utile à des évolutions de notre société ?

Mon projet de recherche, s’il n’est pas directement lié à l’évolution des sociétés modernes, l’est pour celles du passé, mais pourrait être comparé aux sociétés contemporaines. Nous vivons dans une période où la question du réchauffement climatique et de son influence sur notre société questionne, sachant qu’il aura forcément des conséquences désastreuses sur des populations plus fragiles et moins industrialisées dans les années à venir. Nous pouvons citer par exemple, la montée du niveau marin qui entraînera à long-terme des déséquilibres dans la disponibilité des ressources alimentaires et en eau, des crises migratoires, etc. Mon travail et mon regard de chercheur, focalisés à tester l’hypothèse de l’impact des changements climatiques et environnementaux sur les hommes préhistoriques permettraient de comparer, les résultats obtenus à l’évolution de sociétés de chasseurs-cueilleurs contemporaines telles que les populations inuites, amazoniens et aborigènes.


* Quels conseils donneriez-vous à un.e jeune chercheur.e qui débuterait actuellement son travail de recherche doctorale ?

Le premier conseil que je pourrais donner, c’est de profiter pleinement de ces 3 ans ou plus, car cela sera le seul moment où un.e doctorant.e pourra travailler entièrement sur une thématique, une discipline, une méthodologie qu’il/elle aime. Cependant tout ne sera pas tout rose, je ne l’espère pas, mais cela peut arriver à tout doctorant. Pour prendre une analogie, la thèse serait comme prendre les montagnes russes, il y a des hauts et des bas, des phases très bien et d’autres un peu moins bien, le tout associé à des deadlines d’articles, de projets, des demandes de financement, production de données, congrès scientifiques, etc. Il faut donc prendre du recul et s’écouter. On dit souvent que la thèse, c’est un marathon et non un sprint et je suis tout à fait d’accord. L’important, c’est de tenir la distance, de gérer dans la durée, mais il est tout à fait normal d’avoir des coups au moral. Il ne faut pas s’isoler et les collègues, les camarades doctorants, le personnel de l’École Doctorale, sont à l’écoute et sauront vous rassurer. La thèse est toute une aventure, donc profitez et bonne thèse !


Remis du prix à Tiffanie le 9 janvier 2024:



Citer ce billet
mshbordeaux (2023, 11 décembre). Tiffanie Fourcade. Maison des Sciences de l'Homme de Bordeaux. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ro28

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search